AID Association Initiatives Dionysiennes

Ouv zot zié !

Accueil > Chroniques de la Macronésie > CM59 - Sous la com’, la politique est toujours là

En cravate pour parler pognon et sans avec les drag-queens

CM59 - Sous la com’, la politique est toujours là

par Dr Bruno Bourgeon, président d’AID

mercredi 27 juin 2018, par JMT

Quoi de plus normal qu’un banquier parlant de pognon, quoiqu’on aurait pu attendre un terme un peu moins vulgaire qui fait certes beaucoup plus "Manu" que "Monsieur le Président". Certes Manu rêva d’être un jour Président de la République, mais ni Serge Gainsbourg, ni Alain Chamfort, ni Gérard Lenorman n’inspirent notre Manu devenu Jupiter, bien que le jeune Manu ressemblât fort au jeune Gérard Lenorman.

Mais on n’est pas pour rien l’époux d’une enseignante en lettres férue de théâtre . Car plus que de la com, Manu, comme son lointain prédécesseur Loulou 14, se met perpétuellement en scène, théâtre, ballet et musique de cour. Même réponse à même préoccupation : rester sans cesse le point de mire, occuper les esprits pour leur imposer sa volonté de fer, tout ramener à soi. Peu importe si autour le peuple gronde, l’économie n’est pas bien vaillante, si la guerre gronde, si les frontières sont assaillies. Pour les deux , une certitude " les tas (d’emmerdes) , c’est moi !". Si l’Histoire ne se répète pas, il arrive qu’elle bégaie !

Sous la com’, la politique est toujours là

Le pognon de dingue ; le "ça va Manu ?" ; la disruption de l’Elysée par Kiddy Smile, DJ électro noir et homosexuel. Qu’est-ce qu’il cherche, le Manu ? Quelle est sa stratégie de com’ ?

Ce qu’il cherche ? Qu’on parle le moins possible du reste. Le reste ? Les migrants, par exemple, en ce moment. Cette proposition tout droit surgie de l’Histoire de « centres fermés », qu’il a avancée avec le nouveau Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez (oui, celui qui a accueilli l’Aquarius). Des « centres fermés ». Fermés. A clé. Avec gendarmes à l’entrée, donc. N’est-ce pas cela que l’on appelle une prison ?

Vous n’avez pas vu la vidéo ? Normal. Elle est institutionnelle, encravatée, pas en bras de chemise. Pas virale. Pourtant, le texte vaut le coup. Il faut l’entendre, le Manu, évoquer « une solidarité européenne pour raccompagner dans une démarche de retour les personnes qui n’ont pas droit à l’asile vers leur pays d’origine ».

Oui, d’accord. Mais la politique, tout de même, c’est de plus en plus de la com’. Voilà cette phrase : « la politique, c’est de plus en plus de la com’ ». Non : sous la com’, la politique est toujours là. Toujours. Il faut partir du postulat que la politique ne peut pas disparaître, s’évaporer. La décision politique ne s’arrête jamais.

Tant qu’il y a un Parlement, il parlemente. Tant qu’il y a un exécutif, il exécute. Tant qu’il y a des conseils (municipaux, départementaux, régionaux), ils conseillent (avec l’argent qu’on leur laisse de moins en moins, c’est vrai). Chaque heure de chaque jour, des dizaines, des centaines de décisions sont prises, des amendements adoptés ou rejetés, des décrets, des circulaires sont signés, qui vous impacteront un jour.

Rien que dans les derniers jours, cette disposition sur le gel des aides au logement (APL), adoptée en décembre dernier, et repérée seulement ce mois-ci par la fondation Abbé Pierre.

Rien qu’hier, cette information préliminaire ouverte sur le financement de la campagne Macron par la Ville et la métropole de Lyon dont une certaine location de péniche.

Rien qu’aujourd’hui, cette décision attendue du Conseil constitutionnel, à propos de Cédric Herrou, sur le délit de solidarité. Si, si, vous avez bien lu : délit de solidarité. Dit autrement, ce n’est rien moins que le troisième pan de la devise française qui devient un délit : la Fraternité.

Donc, s’amuser sur la com’, oui, bien entendu, c’est croustillant, c’est l’appeau. Mais ne jamais oublier de rappeler quelle est la fonction ce cette com’ : ensevelir. Si vous ne voyez pas la politique, c’est que vous ne la cherchez pas.

A votre décharge, il faut dire qu’on la cache sous les « pognon de dingue », sous les « ça va Manu », sous les chanoineries de Latran. Mais ce n’est pas une couche bien épaisse. Il n’est pas nécessaire de creuser loin. Il suffit de déblayer.

Dr Bruno Bourgeon, président d’AID, d’après @si du 26 Juin 2018

version imprimable :

PUBLICATION DANS LES MEDIAS LOCAUX

* Courrier des lecteurs de Zinfos974 du Mercredi 27 Juin 2018 - 14:37

* Courrier des lecteurs dans Le Quotidien de la Réunion

LIENS INTERNES

* CM57-La France macronienne et ses héros du 22 Juin 2018 avec la mise en épingle de notre nouveau spiderman national pour mieux faire oublier les dizaines de milliers qui meurent ou qu’on refoule

* CM56- Griveaux, Darmanin, cireurs de pompes de la Macronésie du 13 Juin 2018 avec la vidéo sur le "pognon de dingues"

* CM54- Le dérapage de Gérard Collomb sur la passivité des manifestants du 7 Juin 2018

* CM49-50 euros d’APL : la France de Macron du 24 Mai 2018

* CM47- Emmanuel Macron dévoile son visage dans le magazine Forbes du 10 Mai 2018 sur la disruption

LIENS EXTERNES

* Arrêt sur Images, la chaîne d’infos en ligne de Daniel Schneidermann. Abonnez-vous, comme nous, pour aider à la pérenniser !

* Défends Ta Citoyenneté, association présidée par Cédric HERROU

* "Fils d’immigrés, noir et pédé" : qui est Kiddy Smile, le DJ qui a fait passer un message à l’Elysée ? LCI du 22 juin 2018 15:54 - Jérôme Vermelin

* VIDEO : Kiddy Smile - Dickmatized (with Crookers) (Official Video)

* Manureva

* Si J’étais Président

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.