AID Association Initiatives Dionysiennes

Ouv zot zié !

Accueil > Pétitions et Initiatives Citoyennes Européennes > Pétitions AID 2018-15

SIGNEZ ET DIFFUSEZ

Pétitions AID 2018-15

Période jusqu’au samedi 20 OCTOBRE 2018

samedi 6 octobre 2018, par JMT

Nous vous suggérons de suivre :

a) les pétitions du site CYBERACTEURS avec qui nous sommes en contact depuis plus de 17 ans, pour adhérer ou faire un don . Vous pouvez regarder la vidéo de la dernière assemblée générale du 27/02/2016 de Cyberacteurs concernant l’exercice 2015

b) les pétitions du site AVAAZ qui à l’usage s’est avéré plus ouvert que ne le laissaient supposer ses bailleurs de fonds US initiaux. Allez sur les sites et inscrivez-vous pour signer plus facilement les pétitions quand vous en recevez l’avis directement par mél

c) les autres textes à signer particulièrement recommandés se trouvent ci-après :

* (C) LISTE DES COLLECTES SOUTENUES PAR AID

* Appel à soutien financier pour Delia Buonommo et le "Bar des Migrants" de Vintimille :
lien de la collecte
Lancée à l’initiative d’un universitaire écrivain italien francophile , Enzo Barnaba qui réside dans le hameau de Grimaldi à quelques mètres de la frontière française au lieu-dit "Le pas de la mort" qui a participé en Juillet 2018 au Festival des Passeurs d’Humanité de la Roya.

À Vintimille, à 9 km de la frontière italo-française, des dizaines de milliers de réfugiés passent chaque année. Ils fuient la guerre, la torture, les violences. Ils tentent de traverser la frontière pour rejoindre des proches ou des connaissances en France, en Angleterre et dans d’autres pays européens, risquant leur vie pendant le voyage. Lorsqu’ils franchissent la frontière, ils butent souvent sur des abus, des détentions et des refoulements par la police française. (...)

Dans cette situation dramatique, cependant, une petite partie de la population résiste : parmi elle Delia, dont le bistro (le bar Hobbit) est devenu l’âme de la solidarité à Vintimille. L’histoire de Delia commence il y a trois ans, lorsqu’elle invite à entrer et offre un repas à des femmes et à des enfants assis sur le trottoir devant le bar. Depuis, grâce au bouche à oreille, le café est devenu un point de repère pour tous les réfugiés qui transitent de Vintimille, ainsi que pour les volontaires et les organisations de soutien. Delia, surnommée "Maman Africa", a aidé des milliers de personnes en transit, offrant des vêtements, un repas chaud, un câlin et un lieu d’accueil à ceux qui en ont besoin.(...) Les enfants ont leur propre coin, que Delia a aménagé avec des jouets reçus en donation. Le bar est souvent le seul refuge pour les plus vulnérables, les femmes enceintes, les mineurs et les victimes de la traite.
Cependant, la solidarité de Delia l’a rendue impopulaire dans le quartier et chez une partie de la population Vintimille, qui a banni le bar Hobbit, le nommant le le « bar des immigrés », le « bar des noirs » ou même des nègres. Les insultes, les agressions et le vandalisme font désormais partie du quotidien de Delia. L’isolement, la perte de clients et les pressions de toutes sortes ont plongé le bistro dans une situation économique de plus en plus grave. Delia n’est plus en mesure de supporter les coûts et a été obligée, malgré elle, de le mettre en vente.

Ne permettons pas que l’un des rares lieux d’humanité et de solidarité qui résistent à Vintimille disparaisse ! Aidez-nous à soutenir Delia et à poursuivre son projet de solidarité active : chaque don, même petit, nous aide à acheter de la nourriture, de l’eau, des boissons et à couvrir les frais du bar.

pour approfondir :
- https://maquistraductions.wordpress.com/2017/07/30/entretien-avec-delia-du-bar-le-hobbit-vintimille-ne-peut-pas-me-voir-et-jai-plus-a-craindre-des-habitants-de-la-ville-que-des-migrants/
- http://www.lobservateurdemonaco.mc/aidants-desempares

06 Octobre à 17h00 : d’après le site, 836 personnes ont fait un don en 22 jours et 26.666 € ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 32€ par don.

21 Septembre à 18h00 : d’après le site, 705 personnes ont fait un don en 8 jours et 22.046€ ont été récoltés pour 20.000€ initialement prévus soit un peu plus de 31€ par don. Vu la générosité et la rapidité avec laquelle ils ont répondu à cet appel au secours, les donateurs ont été directement informés que cet appel de fonds resterait ouvert afin que Delia puisse continuer son oeuvre de soutien humanitaire comme elle le fait depuis trois ans sans que la baisse de sa clientèle habituelle ne mette en danger le Hobbit Bar. Diffusez partout l’appel pour permettre à de nouveaux donateurs d’apporter leur petite pierre à cet effort commun.

* Appel pour une collecte (non défiscalisable) PERMANENTE de nourriture pour Roya Citoyenne

* Dons (défiscalisables à 66%) pour l’association HABITAT & CITOYENNETE de NICE

* Dons (défiscalisables à 66%) pour les victimes de l’Agent Orange (permanent) et le procès intenté par Madame Tran To Nga

* Dons (défiscalisables à 75% dans la limite de 530€ par an et par donateur, 66% ensuite) pour l’association RIVE de Saint-Denis de la Réunion

* Et bien évidemment les dons (défiscalisables à 66%) à AID que vous pouvez flécher ensuite sur les collectes non défiscalisables (renseignements ici )

Appel pour un Pacte Finance-Climat européen

En ce jour de manifestations publiques pour demander à nos élu-e-s de prendre en compte les appels de scientifiques éminents signalant l’urgence de changer nos comportements individuels et collectifs,

AID vous propose toujours de signer cet appel européen lancé par plusieurs dizaines de personnalités que nous connaissons et avec qui nous avons l’occasion de travailler pour certaines. L’appel est également relayé par d’autres organisations avec qui nous sommes en lien . Il a été lancé notamment par Jean JOUZEL climatologue français, ancien vice-président du GIEC

lien pour signer

Nous ne pouvons pas rester sans rien dire. Nous ne pouvons pas rester sans agir. Aujourd’hui, l’esprit se révolte contre le sort qui est promis à l’Homme. Nous, Citoyens d’Europe et Citoyens du monde associés dans une même communauté de destins, n’acceptons pas que l’humanité se dirige, sans réagir, vers le chaos climatique.

Le 31 octobre 2017, l’ONU nous alertait solennellement sur l’écart « catastrophique » qui existe entre les engagements des Etats et les réductions des émissions de gaz à effet de serre qu’il faudrait opérer pour maintenir le réchauffement en-dessous de 2°C.

« Les engagements actuels des Etats couvrent à peine un tiers des réductions nécessaires, soulignait Erik Solheim, directeur du Programme des Nations Unies pour l’Environnement. Gouvernements, secteur privé, société civile doivent combler cet écart catastrophique. Un an après l’entrée en vigueur de l’accord de Paris, nous sommes loin de faire ce qu’il faudrait pour préserver des centaines de millions de personnes d’une vie de misère ». Comment combler cet écart ? Comment rattraper le temps perdu ? Que peut faire l’Europe ?

Puisque c’est « au nom de l’emploi américain » que les Etats-Unis ont décidé de se retirer de l’Accord de Paris, il est fondamental que l’Europe fasse la preuve « grandeur nature » qu’il est possible de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre tout en créant massivement des emplois. Il est fondamental aussi que l’Europe prenne pleinement sa part pour cofinancer la lutte contre le réchauffement climatique dans les pays du Sud.

Diviser par 4 nos émissions, d’ici 2050 au plus tard ? Le chantier est colossal mais investir massivement dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables pourrait conduire à « 900.000 créations d’emplois en France » selon les dernières prévisions de l’ADEME et plus de 6 millions d’emplois pour toute l’Europe… Voilà un bon moyen de faire reculer nettement le chômage et la précarité. Un bon moyen, donc, de réconcilier l’Europe avec les citoyens.....lire la suite

INITIATIVES CITOYENNES EUROPEENNES

Voir le site officiel

* (C) ICE : Demandons une Europe accueillante !

lien pour signer


Image credit : PROEMAID

Nous sommes une Europe accueillante : laissez-nous agir ! Les gouvernements n’arrivent pas à faire face aux enjeux posés par les migrations. La plupart d’entre nous voulons soutenir des personnes qui en ont besoin, parce que nous ne pouvons pas être indifférents à leur sort. Des millions de personnes se sont mobilisées pour apporter leur soutien. Aujourd’hui, nous voulons être entendus. Exigeons une Europe accueillante ! Nous appelons la Commission européenne à agir :

- Des citoyens de toute l’Europe souhaitent parrainer des réfugiés pour leur offrir un foyer sûr et une nouvelle vie. Nous voulons que la Commission offre un soutien direct aux groupes locaux venant en aide aux réfugiés qui se voient délivrer un visa national.
- Nul ne devrait être poursuivi ou se voir infliger une amende pour avoir apporté une aide humanitaire ou un toit. Nous voulons que la Commission empêche les États membres de punir les citoyens solidaires.
- Tout le monde a droit à la justice. Nous voulons que la Commission garantisse des moyens et des règles plus efficaces pour défendre toutes les victimes de l’exploitation par le travail et de la criminalité en Europe, ainsi que toutes les personnes victimes de violations des droits de l’Homme à nos frontières.

Pourquoi c’est important ? Manuel, un pompier espagnol sera bientôt jugé pour trafic d’êtres humains [1]. Il comparaîtra devant les tribunaux grecs le 7 mai 2018 pour avoir sauvé des hommes, des femmes et des enfants de la noyade. Chaque jour, de courageux bénévoles partout en Europe risquent la même chose que Manuel. Mais nous avons un plan. Nous travaillons avec des partenaires sur une pétition officielle adressée à l’UE, connue sous le nom d’Initiative citoyenne européenne (ICE). Ces pétitions, qui exigent un million de signatures, obligent juridiquement l’UE à écouter nos propositions. La nôtre vise à changer directement la législation européenne, qui fait de la compassion un crime [2].

Cette initiative se penche également sur les raisons pour lesquelles les bénévoles risquent leur liberté. Comme Manuel, ils ressentent l’urgence de braver les mers européennes car les pays de l’UE échouent à agir. Des hommes et des femmes se noient chaque jour. Les lacunes de la législation européenne bloquent celles et ceux qui veulent faire un geste en proposant un lit ou un trajet en sécurité. L’Initiative citoyenne européenne demande de clarifier ces réglementations afin que tout un chacun puisse ouvrir sa porte aux réfugiés. Les bénévoles comme Manuel ne se reposeront pas tant que celles et ceux qui fuient la guerre devront encore risquer leur vie pour trouver un endroit sûr. Nous savons que les Initiatives citoyennes européennes fonctionnent et que notre communauté peut rassembler les signatures nécessaires. L’an dernier, nous en avons lancé une qui a porté de grands coups à Monsanto [3]. Ce fut grâce à notre communauté, à nos partenaires [4], et aux 1,3 million de citoyens européens qui l’ont signée.

Aujourd’hui, nous pouvons encore utiliser notre pouvoir pour que des gens comme Manuel ne soient plus traités comme des criminels. En 2016, lorsque Manuel et les autres bénévoles ont été arrêtés, les membres de WeMove se sont mobilisés pour les aider. Avec nos partenaires [5], nous avons lancé une vague de soutien qui a porté Manuel jusque dans les bureaux de la Commission européenne à Bruxelles. Et même si le Commissaire à la Migration a reconnu le problème, l’UE a abandonné Manuel à ses juges. Mais nous ne le laisserons pas seul. Les gens comme Manuel montrent un autre visage de l’Europe. Si nous nous rassemblons maintenant, nous pourrons témoigner notre soutien à Manuel ET nous attaquer au fond du problème en changeant la loi européenne. Si les hommes et les femmes qui fuient les guerres et les persécutions peuvent se rendre en Europe en sécurité, les bénévoles comme Manuel n’auront plus besoin de risquer leur liberté pour sauver des vies.

[1] site France tv info

[2] European Parliament study : “Fit for Purpose ? The Facilitation Directive and the Criminalisation of Humanitarian Assistance to Irregular Migrants”

Actual text of the EU’s Facilitation directive

[3] Site Ouest-France

[4] Campact, CEO, GLOBAL2000, Greenpeace, SumOfUs, Avaaz, Health and Environment Alliance, la Danish Society for Nature Conservation, Pesticide Action Network, Skiftet, et toutes les organisations partenaires de la coalition pour l’ICE

[5] socialplatform and PROEMAID
.
.
.

ACTION DES AMIS DE LA TERRE : SOCIETE GENERALE N°1 DES ENERGIES SALES

5.128 envois lien

Pour la journée de mobilisation internationale sur le climat, plus de 600 activistes équipés d’éponges et serpillères ont nettoyé et décrassé Société Générale dans plus de 35 agences en France pour dénoncer le soutien de la banque aux énergies sales. Les pollueurs ne peuvent plus agir en toute impunité !

Vous aussi, vous pouvez faire pression sur Société Générale. Passez à l’action et envoyez un e-mail au PDG de la banque, Frédéric Oudéa, pour lui dire que climat et énergies fossiles ne font pas bon ménage !

J’écris au PDG de Société Générale

Entre 2015 et 2017, Société Générale a soutenu les énergies fossiles à hauteur de 7 milliards de dollars : il faut mettre un terme à cette politique aux impacts majeurs et irréversibles sur le climat, la biodiversité et les communautés locales. La banque doit cesser ses soutiens aux énergies fossiles et en priorité au projet texan d’exportation de gaz de schiste liquéfié Rio Grande LNG. Si aucune annonce satisfaisante n’est faite lors du sommet global d’action pour le climat de San Francisco les 12 et 14 septembre, nous nous retrouverons tou.te.s à l’agence centrale de Société Générale à Paris le 14 décembre, à l’issue de la COP24 au 29, boulevard Haussmann, pour une opération de nettoyage géante.

Les Amis de la Terre France, 47, avenue Pasteur, 93100 MONTREUIL france@amisdelaterre.org
.
.
.
PETITIONS NOUVELLES
.
.

* (C) Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer

210.232 signatures sur 250.000 lien pour signer
A l’attention des Etats d’Europe, cette pétition vous est adressée par SOS MEDITERRANEE, Médecins Sans Frontières (MSF)

Texte de la pétition : En tant que citoyens, nous nous associons à l’équipage de l’Aquarius, le dernier navire civil de sauvetage en mer Méditerranée centrale, pour demander à tous les Etats d’Europe de respecter l’obligation de sauvetage en mer. Cet impératif doit primer sur toute considération d’ordre politique, dans le respect du droit international. Nous exhortons tous les Etats en Europe à :

  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de repartir au plus vite mener sa mission vitale de sauvetage,
  • Respecter l’obligation de porter assistance aux personnes en détresse en mer,
  • Assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée.

Pourquoi c’est important : L’Aquarius opère en Méditerranée centrale depuis 31 mois, et a secouru 29.523 personnes lors de 230 opérations de sauvetage. Ces derniers mois, la mission de recherche et sauvetage de l’Aquarius a été l’objet de manœuvres politiques délibérées visant à y mettre fin. Le navire s’est vu retirer deux fois son pavillon en un mois : d’abord par Gibraltar, puis par le Panama. En empêchant l’Aquarius d’opérer, d’autres vies seront perdues aux portes de l’Europe, des vies perdues en silence, alors que l’Europe ferme les yeux. Pour ces raisons, nous exhortons tous les Etats en Europe à prendre les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission vitale de sauvetage au plus vite, en octroyant sans délai un pavillon au navire.

Au cours des derniers mois, les marins et sauveteurs des navires de sauvetage civils ont été témoins de développements politiques en Méditerranée centrale incompatibles avec le droit international et maritime. Les navires de sauvetage civils sont empêchés dans leur mission ; l’obligation de porter assistance en mer n’est plus respectée. La solidarité et l’humanité sont criminalisées, en mer et à terre.Pour ces raisons, nous exhortons tous les Etats en Europe à respecter l’obligation de porter assistance aux personnes en détresse en mer et à dénoncer les manœuvres visant à criminaliser les sauveteurs et travailleurs humanitaires.

Face à la défaillance des Etats européens à répondre à la tragédie humanitaire en Méditerranée centrale, sur la route migratoire la plus dangereuse au monde, l’Aquarius a poursuivi ses opérations de sauvetage aux côtés d’autres navires de sauvetage. Les moyens de sauvetage font toujours cruellement défaut pour porter secours à celles et ceux qui risquent leurs vies en fuyant la Libye où leurs droits sont systématiquement bafoués. De plus, depuis le mois de juin, il n’existe plus de système opérationnel pour débarquer les rescapés dans un port sûr.Pour ces raisons, nous exhortons tous les Etats en Europe à assumer leurs responsabilités en établissant un modèle de sauvetage européen en Méditerranée, incluant un mécanisme prévisible et pérenne de débarquement des rescapés dans un port sûr.

Des êtres humains meurent. L’Aquarius, avec le soutien de la société civile, tente de les secourir. Rejoignez-nous en signant cette pétition pour nous aider à défendre les valeurs d’humanité et de solidarité en mer ».SOS MEDITERRANEE a organisé le samedi 6 octobre des rassemblements citoyens dans plusieurs villes d’Europe et en France notamment à Paris, Marseille, Lyon, Nantes, Montpellier, Toulouse, Brest, Bordeaux, Grenoble, Saint-Etienne et Mouans-Sartoux (06)

* (C) L’Aquarius doit battre pavillon français !

67.687 signatures sur 75.000 lien pour signer

Pierre LUCOT a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron.Voilà deux ans, l’Aquarius quittait le port de Marseille pour venir en aide aux migrants. Affrété par les organisations non gouvernementales SOS-Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF), et seul bateau humanitaire patrouillant au large de la Libye, le navire a depuis contribué à sauver plus de 29.000 vies. Privé de pavillon par Gibraltar puis le 22 septembre par le Panama, l’Aquarius est aujourd’hui « hors la loi » au regard du droit maritime international. Le retrait du pavillon panaméen n’est pas effectif immédiatement. Les conventions internationales établissent qu’aucun changement de pavillon ne peut intervenir au cours d’un voyage ou d’une escale. L’Aquarius conserve donc son pavillon pendant toute la durée de son voyage, jusqu’à ce qu’il rejoigne son port d’attache au Panama ou qu’il fasse une longue escale technique.

Or, les marines nationales peuvent exercer des pouvoirs de police sur des navires sans nationalité en haute mer, ce qui est impossible sur un navire qui bat pavillon. Le risque le plus immédiat, pour l’Aquarius, est que la marine libyenne monte à bord pour opérer des vérifications, même sans accord du capitaine. Face à cette situation, SOS Mediterrannée et Médecins sans frontières "demandent aux gouvernements européens d’autoriser l’Aquarius à poursuivre sa mission, en intercédant auprès des autorités panaméennes et en réaffirmant que les menaces de rétorsion formulées à leur égard par les autorités italiennes sont infondées, ou en lui délivrant immédiatement un nouveau pavillon sous lequel naviguer".

Afin de mettre fin à la précarité du statut de l’Aquarius et lui permettre de poursuivre sa mission, nous demandons que la France, pays des droits de l’homme, attribue sa nationalité à l’Aquarius. Par la présente pétition nous interpellons le Président de la République, Emmanuel Macron afin de lui donner l’occasion de renouveler la promesse faite le 9 avril dernier au Collège des Bernardins de "ne renoncer à rien en particulier pour protéger les réfugiés, devoir moral inscrit dans notre Constitution" renouvelant la promesse faite à l’occasion de la campagne présidentielle "d’offrir l’asile à ceux qui sont persécutés et demandent (à la France) sa protection".

contact@mouvementutopia.org www.mouvementutopia.org

* (C) Contre le licenciement de l’aide soignante Hella Kherief (lanceuse d’alerte).

110.449 signatures sur 150.000 lien pour signer

Guillaume TATU a lancé cette pétition adressée à Hôpitaux de Marseille

Elle s’appelle Hella Kherief. Elle est aide-soignante. Hella a eu le courage de témoigner dans l’enquête d’Envoyé Spécial diffusé sur France 2 le 20 septembre qui a permis de révéler au grand public les conditions dans lesquelles étaient traitées les personnes âgées dépendantes dans certains EPHAD privés. Les groupes Français Korian et Orpea sont sans scrupule. Le moindre centime doit être économisé pour une rentabilité maximale auprès des actionnaires. Au dépend de leurs pensionnaires.

Les scènes qui ont été diffusées sont effrayantes. Des vieilles dames au sol, seule et apeurée, des vieux monsieurs assis sur les fauteuils roulants avec un yaourt et un peu de purée dans une seule et même assiette en guise de repas. Des toilettes bâclées par manque de temps, des couches non changées et j’en passe. Hella Kherief est une lanceuse d’alerte. Elle expliquait à visage découvert l’enfer de ces personnes en fin de vie. Elle a osé. Pour toi, pour moi, pour nous montrer. Au lendemain de la diffusion, elle a été licencié. Sans explication. Il est temps d’agir. Ensemble.Ensemble mobilisons nous contre son licenciement. C’est une lanceuse d’alerte, et elle doit être protégée.

* (C) Stop à l’impunité ! Soutenons le Docteur Denis Mukwege, l’homme qui répare les femmes !

37.650 signatures sur 50.000 lien pour signer

Par Association ’’J’entends ton cri’’, Pétition adressée à Secrétaire Général des Nations Unies

En République Démocratique du Congo, RDC, les violences sexuelles sont une arme de guerre. Pasteur et fils de pasteur pentecôtiste, directeur et docteur gynécologue de l’hôpital de Panzi, dans le sud-Kivu, il constate chaque jour les énormes dégâts des viols.Depuis 1999 plus de 50 000 femmes, filles ont été soignées gratuitement dans son hôpital. Depuis 1996 + de 500 000 femmes ont été violées, selon l’ONU. "C’est une stratégie de guerre qui vise à détruire la femme" explique le Docteur Denis Mukwege :"Les femmes de tout âge même âgées sont concernées ".

Mais depuis 3/4 ans ce sont des enfants violés et même des bébés, toujours des filles, aux organes génitaux gravement mutilés qu’il accueille dans son hôpital, devenu le symbole de la lutte et de la résistance contre les viols de guerre."Mes premiers cas en 1999 étaient des femmes adultes. Maintenant j’observe de plus en plus d’enfants, bébés violés avec des périnées complètement déchirés où il n’y a plus de vagin, détruit en un trou" se désole le Docteur Mukwege.“C’est l’anéantissement de la société à travers cette humiliation" "C’est une barbarie qui va au-delà de ce que l’on peut imaginer. La communauté internationale, bien qu’elle se dise préoccupée, n’agit pas pour mettre un terme au massacre" dénonce le Dr Denis Mukwege.

Le médecin a échappé à plusieurs tentatives d’assassinats. Il a connu l’exil.L’ONU doit le protéger de façon permanente.Cette protection est fondamentale pour la survie du Docteur et du bon fonctionnement de l’hôpital, de la sécurité et de la santé de milliers de femmes, enfants et bébés. C’est la persévérance de ces femmes qui pousse ce Docteur à continuer. Malgré la menace qui plane, malgré la violence qui continue, malgré l’histoire qui se répète.« Ce serait facile de dire : “Je n’en peux plus, je cherche l’asile ailleurs.” Mais chaque fois que je pense ne plus pouvoir continuer, je vois des femmes arriver avec leurs mutilations graves, handicapées à vie, qui se battent pour le droit de leurs enfants et des autres. Ça m’a toujours ébloui. Si je dois exister, c’est pour cette raison. Ces femmes existent pour sauver notre humanité. »

Cliquez ici pour voir la vidéo sur YouTube !

Une signature pour que ces massacres s’arrêtent.Stop à l’impunité ! Stop à ce silence ! Réagissons ! Signons ! Nous ne pouvons pas être sourds et nous taire ! Faites suivre cette pétition s’il vous plaît ... Cette pétition sera remise au secrétaire général des Nations Unies.L’association “J’entends ton cri”

* (E) Députés européens : Ne vous fiez pas au lobby du plastique, votez pour la responsabilité des pollueurs !

214.473 signatures sur 250.000 lien pour signer

Pétition adressée à : Député-es membres de la Commission Environnement du Parlement Européen
Soutenez l’adoption d’une législation ambitieuse visant à réduire considérablement la consommation de plastiques à usage unique dans l’UE et à garantir que les producteurs paient pour les pollutions qu’ils génèrent.

Cette année, nous avons vu les images déchirantes de cadavres de tortues de mer et d’oiseaux, le ventre gonflé et déchiré par du plastique. Les scientifiques estiment que jusqu’à 12 millions de tonnes de plastique arrivent dans les océans chaque année. Et cela ne s’arrêtera pas tant que les entreprises qui fabriquent les produits et emballages en plastique ne seront pas obligées de payer pour la pollution qu’elles génèrent. Dans une dizaine de jours, les eurodéputés se réunissent pour voter de nouvelles règles visant à réduire la quantité de plastiques à usage unique en circulation en Europe. 69 eurodéputés, membres de la commission de l’environnement (ENVI) décideront des mesures qui seront proposées au vote dès les 10 et 11 octobre : et c’est là que nous devons agir pour gagner face aux lobbies du plastique.

L’an dernier, des centaines de milliers de membres de SumOfUs comme vous ont exigé de la Commission européenne qu’elle fasse enfin preuve de fermeté en matière de plastique. Elle nous a entendu. La proposition de la commission est loin d’être parfaite, mais avec quelques améliorations, elle pourrait permettre la réduction drastique de la production de plastiques à usage unique et rendre la vie un peu meilleure pour tous. Les eurodéputés doivent s’assurer que les amendements apportés constituent des exceptions légitimes aux règles établies, et non des compromis en faveur des entreprises. Un élément clé de la réglementation que les élus vont être amenés à voter est, par exemple, appelée « responsabilité élargie des producteurs ». Cela signifie que les entreprises doivent payer pour leurs déchets plastiques, au lieu de laisser le nettoyage à la charge de tous les autres. Le risque maintenant, Dominique, c’est que les députés pro-plastiques tentent d’affaiblir les règles, surtout en ce qui concerne le fait de faire payer les entreprises.

D’un autre côté, les personnes en situation de handicap ou souffrant de troubles neurologiques par exemple, ont besoin de pailles en plastique en raison de leur souplesse et de leur résistance à la température. Il est donc normal que les eurodéputés accordent une attention particulière aux pailles.Ensemble, nous pouvons convaincre l’UE de prendre des mesures visant à lutter contre les déchets plastiques et à construire un monde plus inclusif pour tous. L’année dernière, des centaines de milliers d’entre vous ont signé et partagé notre pétition européenne sur la pollution plastique, ont tweeté auprès des commissaires et ont financé de grands panneaux publicitaires à Bruxelles pour appeler la Commission européenne à s’attaquer à la crise du plastique. Nous avons également mis sous le feu des projecteurs certaines des plus grandes marques au monde pour leur utilisation sans vergogne de plastique jetable, les obligeant à s’engager avec des plans d’action volontaires afin qu’ils puissent se débarrasser de nous. Mais maintenant, c’est là dessus que nous devons nous concentrer - et vous pouvez parier que c’est là, aussi, que se concentre le lobby des plastiques.

* (C) Pour que Mouminy, étudiant brillant, arrivé en 2013 à 16 ans, ne reparte pas en Guinée !

49.429 signatures sur 50.000 lien pour signer

Marie-Pierre BARRIERE a lancé cette pétition adressée à Monsieur le Préfet de la Marne. Mouminy est en rétention à Metz depuis le 20 septembre en vue d’une reconduite pour la Guinée où il n’a plus aucun contact. Monsieur le Préfet de la Marne, nous sollicitons de votre part la levée de sa rétention administrative et un titre de séjour pour que Mouminy, après l’obtention l’an dernier de son BTS Assistant manager puisse effectuer une licence professionnelle. Mouminy est né le 17/10/96 à Conakry. Son père est mort lorsqu’il avait trois ans, il a été retiré à sa mère qui est partie vivre loin de lui et confié à son oncle paternel, homme violent et tyrannique qui attribuait tous ses échecs à la présence de ce neveu maudit sous son toit.

Au départ scolarisé dans une école privée, il a dû la quitter car son oncle ne voulait plus payer les frais de scolarité, il est donc allé, seul, s’inscrire dans le public, tout en suivant le cursus obligatoire à l’école coranique, son oncle étant un musulman traditionnaliste. Les violences s’accentuant, Mouminy s’est enfui. Il s’est caché 9 mois en Guinée, vivant de rien, de l’aide des autres. Puis, il a pu contacter son oncle maternel qui lui a révélé que sa mère, décédée en 2010 des suites d’un cancer qu’elle n’avait pas voulu soigner, avait laissé une somme d’argent importante pour lui, somme grâce à laquelle il a effectué le voyage.

Quand il est arrivé en France le 14 juin 2013 à l’âge de 16 ans, il avait un niveau de langue et de connaissances très correct. Au vu de ses résultats l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) du Conseil départemental de la Marne lui garantissait un contrat jeune majeur, mais sa situation s’est brutalement dégradée en octobre 2014 lorsqu’il s’est vu remettre le 20 octobre trois jours après sa majorité une obligation de quitter le territoire (OQTF) par la préfecture de la Marne alors qu’il allait faire renouveler son récépissé de demande de titre de séjour. Motif : la préfecture exige un passeport pour le régulariser, l’ambassade de Guinée en France n’en délivre pas, Mouminy a donc recours à un intermédiaire véreux et le passeport fourni est jugé frauduleux par la Police aux Frontières. A partir de là, l’ASE refuse de continuer à le prendre en charge et l’OQTF est muée en une assignation à résidence qui durera 18 mois, puisque la France ne peut pas reconduire le jeune vers la Guinée dramatiquement frappée par le virus Ebola.

Soutenu dans sa scolarité par le RESF dont les membres l’accompagnent pour signer au commissariat deux fois par semaine, il est reçu en juin 2015 au Baccalauréat avec la mention Assez Bien. Il n’obtient pas son inscription dans le BTS qu’il souhaite, il décide donc de s’inscrire en première année de fac d’anglais à la l’université de Reims et est hébergé dans une famille d’accueil. En juillet 2016, son inscription en BTS assistant manager dans un lycée châlonnais est effective, mais Mouminy n’a pas validé sa première année d’anglais, il reçoit donc de la part de la préfecture de la Marne une deuxième OQTF. Le recours est rejeté : en février Mouminy est à nouveau assigné à résidence. Terrorisé à l’idée d’être reconduit, il se dérobe à son obligation de signature et prend la fuite. Malgré l’inquiétude et des conditions de vie précaires, Mouminy obtient son BTS en juin 2018. Son intégration parallèlement se poursuit : il rencontre une jeune fille franco-malienne avec laquelle il vit en couple depuis septembre 2017.

Afin de se donner plusieurs chances en vue de demander une régularisation, Mouminy entre en contact, par l’intermédiaire de son parrain républicain, avec un chef d’entreprise qui lui fait une promesse d’embauche lui permettant l’accès à une formation au CNAM en licence professionnelle gestion des ressources humaines. Il passe également le concours de l’IRTS (Institut Régional du Travail Social) qu’il réussit avec succès. Il doit se rendre en préfecture pour solliciter un titre de séjour. Un malheureux contrôle d’identité en décide autrement : Mouminy reçoit une troisième OQTF le 27 août 2018. Comble de malchance, le recours formulé contre l’OQTF fait l’objet d’un rejet inique, le tribunal refusant de considérer la date d’envoi comme règlementaire.

Désespéré et révolté, Mouminy s’isole et se referme. Il est à nouveau contrôlé le 18 septembre avec une faible dose de cannabis sur lui. Ce qui pour un jeune Français se solderait par une amende ou un Travail d’Intérêt Général, a des suites tragiques pour un jeune Guinéen. La garde à vue débouche sur la rétention : Mouminy est conduit jeudi 20 septembre au Centre de Rétention Administrative de Metz où il angoisse terriblement depuis, à l’idée d’être reconduit en Guinée où il n’a plus aucune attache.

Nous, Membres du RESF, enseignants et amis de Mouminy, demandons à Monsieur le Préfet de la Marne de lever sa rétention administrative et de lui accorder un titre de séjour afin qu’il puisse retrouver la jeune fille avec laquelle il vit et poursuivre la trajectoire brillante de sa formation professionnelle.

* (E) Le piégeage cruel d’oiseaux en France, ça suffit !

83.315 signatures sur 100.000 lien pour signer
Alerte de la Ligue pour la Protection des Oiseaux : sous prétexte de « traditions », le Ministère de la transition écologique veut continuer à autoriser diverses pratiques cruelles de piégeage d’oiseaux. Et « consulte » la population en plein été… Des centaines de milliers d’animaux sont concernés. Mobilisons-nous de tout urgence !

Au ministère de la Transition écologique et solidaire : Monsieur le Ministre, Madame, Monsieur,

Au printemps dernier, le CNRS et le Muséum d’histoire naturelle alertaient dans une nouvelle étude sur la disparition à « vitesse vertigineuse » des oiseaux des campagnes françaises. Même si ce déclin catastrophique est largement imputé aux pratiques agricoles, continuer à permettre la chasse d’espèce comme l’alouette des champs nous paraît invraisemblable dans un tel contexte.C’est pourtant ce que projette le ministère de la transition écologique et solidaire cet été avec la mise en place dans plusieurs départements de consultations portant sur les chasses traditionnelles et la détermination des quotas de prélèvements de différentes espèces d’oiseaux pour la campagne 2018-2019.

La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) a publié fin juillet un argumentaire global et local contre ces chasses dites « traditionnelles », des pratiques d’un autre temps, difficilement contrôlable, cruelles et pour certaines non-sélectives (voir communiqué de la LPO sur le lien : https://www.lpo.fr/actualites/mobilisons-nous-contre-le-piegeage-cruel-de-centaines-de-milliers-d-oiseaux-en-france-dp1)Par le présent courrier, nous soutenons l’argumentaire de la LPO et répondons défavorablement aux trois projets d’autorisation proposés en consultation publique dans les 10 départements (Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardennes, Bouches-du-Rhône, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Var et Vaucluse)

De manière plus générale, face à l’alarmant déclin des populations d’oiseaux sur le territoire français, nous appelons tous les responsables politiques et territoriaux à ne plus permettre les pratiques cruelles de piégeage d’oiseaux. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, Madame, Monsieur, l’expression de notre haute considération.

PETITIONS EN COURS
.
.

* (C) Solidarité dans la crise, justice pour la Grèce

117.100 signatures sur 150.000 lien pour signer

Pétition adressée aux gouvernements de la zone euro, au président de l’Eurogroupe Mário Centeno, et au président de la Banque centrale européenne Mario Draghi

Nous soutenons la Grèce, nous exigeons une action en faveur d’une reprise économique prenant vraiment en compte la vie et la dignité des gens. En commençant par leur rendre les intérêts générés par les bons du trésor grecs.

Pourquoi c’est important ? Le peuple grec s’est vu écrasé par la pression des clauses d’austérité. Les hôpitaux peuvent à peine dispenser les soins de base, avec une infirmière pour 40 patients [1]. Les salaires continuent de dégringoler. Les retraites ont été plusieurs fois réduites depuis 2010 [2]. Le chômage a plus que doublé [3]. Et l’argent du plan de sauvetage était censé « aider » la Grèce à sortir de cette situation ? Les pays de la zone euro en ont tiré des milliards d’euros de bénéfices [4].

Mais les ministres des finances européens ont le pouvoir de changer de cap. Si nous leur montrons que les Européens ne veulent pas profiter du désespoir de la Grèce, ils ne pourront plus agir à leur guise et en notre nom. La Banque Centrale Européenne a commencé à acheter des bons du trésor grecs en 2010, quand le pays a eu besoin d’un premier prêt. Si la BCE n’achetait pas les titres, la Grèce aurait été obligée de faire baisser leur prix. Mais la BCE a empêché la Grèce de le faire, par une condition incluse dans le plan d’aide. Chaque année, ces bons surévalués génèrent un profit colossal, auparavant reversé à la Grèce [5].

Ça a changé en 2015, quand les Grecs ont voté contre les coupes budgétaires qui affectent leur vie quotidienne. Pour punir ce vote, la zone euro a décidé d’empocher les profits engendrés par les bons, au lieu de les reverser à la Grèce comme convenu au départ [6].Après des années d’austérité, douze augmentations successives des impôts et autant de réductions drastiques des services publics, le peuple grec ne peut plus être exploité. Les pays de la zone euro vont sûrement discuter des profits sur les bons dans moins d’un mois, et plus que jamais, le peuple grec a besoin de nous pour les soutenir.

Unis, nous pouvons agir pour que ces titres soient rétrocédés à la Grèce, et exiger que la reprise économique d’un pays prenne en compte la vie et la dignité des gens. Ensemble, nous avons le pouvoir de montrer au peuple grec que nous les soutenons. Et aux gouvernements que nous attendons de la solidarité, pas de l’exploitation.

REFERENCES

[1] “’Dans les hôpitaux grecs, « des malades renoncent à se soigner »” Libération, 14 Juin 2017. http://www.liberation.fr/planete/2017/06/14/dans-les-hopitaux-grecs-des-malades-renoncent-a-se-soigner_1576853

[2] “Grèce : les retraités en colère contre la 12ème baisse de leurs pensions” EuroNews, 4 Avril 2017. http://fr.euronews.com/2017/04/04/grece-les-retraites-en-colere-contre-la-12eme-baisse-de-leurs-pensions

[3] “Grèce. Le taux de chômage a dépassé la barre des 25%” France Info, 11 Octobre 2012. https://www.francetvinfo.fr/monde/grece/grece-le-taux-de-chomage-a-depasse-la-barre-des-25_153761.html

[4] “Comment la BCE a gagné « 7,8 milliards d’euros grâce à la dette grecque »” Le Monde, 26 October 2017. http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/10/26/comment-la-bce-a-gagne-7-8-milliards-d-euros-grace-a-la-dette-grecque_5206484_3234.html

[5] “ECB to swap Greek bonds to avoid forced losses -sources,” Reuters, 16 February 2012. https://www.reuters.com/article/us-ecb-greece/ecb-to-swap-greek-bonds-to-avoid-forced-losses-sources-idUSTRE81F1EK20120216

[6] “Depuis cinq ans, le malheur des Grecs fait les bénéfices… de l’Allemagne” Alternatives Economiques, 27 Aout 2015. https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2015/08/27/depuis-cinq-ans-le-malheur-des-grecs-fait-les-benefices-de-l-allemagne

* (E) PÉTITION "À l’ONU : les plantations ne sont pas des forêts !"

159.334 signatures sur 200.000,Lien pour signer

La forêt, c’est la vie, un lieu où s’entrecroisent une multitude d’espèces animales et végétales, un foyer pour des millions d’êtres humains. Pourtant, l’ONU considère aussi comme des forêts les stériles plantations industrielles d’arbres, un non-sens qui ouvre grand la porte à la destruction de la nature. Écrivons à l’ONU !

Lettre au secrétaire général de la FAO et aux organisateurs du XIVe Congrès forestier mondial : L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) commet une erreur fondamentale depuis trop longtemps : elle considère les forêts comme un simple « couvert arboré ». Avec sa définition, la FAO n’estime ainsi pas qu’il y a déforestation (perte nette de forêts - no net deforestation) lorsque des forêts tropicales à la riche biodiversité sont défrichées et remplacées par des plantations d’hévéas ou d’eucalyptus. Et lorsque des prairies sont détruites ou des terres paysannes sont accaparées pour développer des monocultures industrielles d’arbres, l’organisation onusienne nomme cela boisement (afforestation). Le refus de la FAO de définir la forêt par sa diversité biologique, sociale, culturelle et spirituelle a pour conséquence de favoriser l’expansion des plantations à grande échelle au détriment des communautés locales, des forêts véritables et des autres écosystèmes.

Même les plantations d’arbres génétiquement modifiés, à l’instar des eucalyptus transgéniques, sont appelées à tort forêts. Les Nations unies provoquent de fausses solutions au réchauffement climatique en considérant les forêts uniquement comme des puits de carbone. Organisations non gouvernementales, mouvements sociaux et scientifiques dénoncent de longue date cette définition incorrecte. Lors du Congrès forestier mondial à Durban de septembre 2015, Sauvons la forêt manifesta aux côtés d’ONG et de mouvements sociaux du monde entier contre les causes réelles de la déforestation et ses responsables. Aujourd’hui, l’organisation onusienne n’a toujours pas pris ses responsabilités sur cet outil primordial dans la lutte contre la déforestation à l’échelle planétaire. Merci de signer et de diffuser au plus vite la présente pétition !

* (C) PÉTITION "Interdire de médias les personnes portant des messages d’incitation à la haine."

324.255 signatures sur 500.000,Lien pour signer

Le jeudi 12 septembre dernier a eu lieu le tournage de l’émission de rentrée des Terriens du dimanche sur C8, dans le cadre de laquelle nous recevions Eric Zemmour. Or ce qui devait être un débat où s’échangent les idées, les points de vues et les opinions a rapidement tourné à l’attaque personnelle et à l’injure. J’ai toujours eu à coeur de pouvoir échanger librement avec des individus de tous bords politiques, cultures, statuts sociaux, orientations sexuelles ou convictions religieuses, et ce, que je partage leur point de vue ou non.

Seulement, je ne peux absolument pas tolérer que la libre expression d’une opinion soit une excuse pour se permettre de formuler impunément des messages de haine. Or c’est exactement ce que Monsieur Zemmour a fait le 12 septembre dernier en me disant que mon prénom Hapsatou "était une insulte à la France".

Je suis évidemment très éprouvée par l’ampleur que prend cette polémique d’autant plus qu’elle s’est avérée être le théâtre d’un déferlement de messages racistes à mon égard.Cependant, les nombreux messages de soutien et d’indignation me font aussi prendre conscience du ras-le-bol de centaines de milliers de français face à la banalisation des messages d’incitation à la haine que Monsieur Zemmour est invité à exprimer sur tous les médias sans jamais être condamné.

Cette pétition doit permettre à tous les français souhaitant exprimer leur indignation de faire entendre leur voix. Et j’interpelle les médias à prendre leurs responsabilités concernant l’invitation d’Eric Zemmour portant des messages d’incitation à la haine. #jesuislarépublique Hapsatou Sy

* (C) PÉTITION "P3351 - LA PLACE DE MOHAMED EST À L’ECOLE, PAS EN PRISON"

2.641 signatures , Lien pour signer

Mohamed à 15 ans ½, a entrepris le long voyage de tous les dangers, depuis la Guinée en passant par le Mali, Burkina, Niger, Libye ...Arrivé en France 9 mois plus tard, en octobre 2017, il a été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance, comme la loi l’exige (Loi du 2 Février 1945). Après des formations de remise à niveau à Montpellier, puis à Béziers, et après un test d’évaluation, il devait être scolarisé en septembre 2018. Passionné de foot, il faisait partie de l’équipe de foot de Jacou. Le 12 Juin 2018, la PAF (Police Aux Frontières), estime que son extrait de naissance est faux et les tests osseux et dentaires (controversés par le corps médical) lui donnent entre 17 à 19 ans, alors qu’il a eu 17 ans le 20 juillet 2018. Le 13 Juin 2018 il est jugé en correctionnelle puis est incarcéré à la maison d’arrêt pour adultes de Villeneuve Lès Maguelone. IL passe à la Cour d’appel de Montpellier (à côté de l’arc du triomphe) le jeudi 27 septembre à 15h25. Si vous en avez la possibilité venez le soutenir.Nous sommes indignés-es de constater que tous les efforts et l’énergie déployés par Mohamed, par les services sociaux, les éducateurs, les formateurs, les bénévoles, ainsi que son désir d’intégration, soient mis à mal. Nous estimons que c’est un véritable gâchis, c’est la vie d’un enfant brisée.

NOUS DEMANDONS LA LIBERATION IMMEDIATE DE MOHAMED,que sa parole, ses papiers soient reconnus afin qu’il puisse à nouveau bénéficier de l’aide due à tout mineur et poursuivre sa scolarité.que lui soit rendu le droit de vivre dignement et de poursuivre dans la voie qu’il s’est choisie sur le territoire français.

Premiers signataires : AMI, AMIC, AMNESTY Beziers, ATTAC Beziers, ATDQM Pezenas, CCFD Terre Solidaire Pezenas, LSR, MDPL 34, OUSTALITE Lodève, RESF 34, STOP RACISME Pezenas

* (C) PÉTITION : "En prison pour s’être exprimés : demandez la fin de la répression en Egypte "

9.270 sur 10.000 signatures,Lien pour signer
Pétition à l’attention du Président égyptien Abdel Fattah al-Sisi

Monsieur le Président, la répression contre la liberté d’expression sous votre régime atteint des niveaux alarmants et sans précédent dans l’histoire récente de l’Égypte. Des centaines d’Égyptiens et d’Égyptiennes, notamment des militant·e·s, des journalistes, des personnalités politiques, des supporters de football et des artistes, sont emprisonnés sans bénéficier d’un procès équitable. Depuis décembre 2017, Amnesty International a recensé au moins 111 cas de personnes détenues par l’Agence de sécurité nationale pour vous avoir critiqué ainsi que la situation des droits humains en Égypte. Parmi eux, Amal Fathy, Hisham Genena et Wael Abbas ont été emprisonnés et sont qualifiés de « terroristes » et de « criminels » par les médias, simplement pour avoir exprimé leurs opinions. Ces mesures injustifiées et impitoyables, visant à museler les voix pacifiques, poussent des centaines de militants et d’opposants à quitter le pays pour éviter toute arrestation arbitraire. Dans ce climat de répression, votre gouvernement s’efforce de faire adopter de nouvelles lois qui autorisent une censure massive des plateformes d’information indépendantes et des sites des organisations de défense des droits humains. Cette nouvelle législation confère à votre gouvernement un contrôle quasi-total sur les organes de la presse écrite, en ligne et audiovisuelle qui menace fortement la liberté d’expression de des Égyptien·ne·s.La liberté d’expression est un droit humain que l’Égypte est légalement tenue de respecter. Je vous demande d’honorer cet engagement et de protéger le droit à la liberté d’expression.Ainsi, je vous exhorte à :
- mettre fin à la répression de la liberté d’expression ;
- libérer toutes les autres personnes qui ont été emprisonnées pour avoir simplement exprimé leurs opinions ou mené leur travail de journalistes ;
- amender les lois qui restreignent la liberté d’expression.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

* (E) PÉTITION : "Pas un euro de plus pour le charbon !"

Lien pour signer

Le 15 novembre 2017, à Bonn, Emmanuel Macron s’engageait à fermer d’ici 2021 les quatre centrales à charbon subsistant en France. Un mois plus tard, le 11 décembre 2017, Bruno Le Maire, Ministre de l’économie et des finances, annonçait que la Caisse des dépôts et consignations allait signer “une Charte pour le climat” par laquelle elle s’engagerait à “prendre en considération les enjeux liés à la lutte contre le changement climatique dans [sa] politique d’investissement”. Mais, dans le même temps, la France continue d’investir des millions d’euros, via la Caisse des dépôts et consignations notamment, dans les mines et les centrales à charbon allemandes. Écrivez à Emmanuel Macron, Bruno Le Maire et aux dirigeant·e·s de la Caisse des dépôts et consignations pour leur demander de désinvestir. Pour cela, rien de plus simple : remplissez le formulaire ci-dessous. Nous leur transmettrons vos messages !

La France doit désinvestir ! La France s’est engagée à fermer ses centrales à charbon d’ici à la fin du quinquennat. Mais, dans le même temps, par l’intermédiaire de l’un de ses fonds souverains, elle soutient le développement de l’extraction et de la combustion de charbon en Allemagne. Cet argent est celui de l’ensemble des français·e·s, qui sont massivement en demande de politiques climatiques ambitieuses. Soutenir les projets destructeurs du climat ne peut se faire en notre nom, avec notre argent ! Pas un euro de plus ne doit être investi dans les énergies du passé. La Caisse des dépôts et le Fonds de réserve pour les retraites doivent exclure les investissements charbonniers, gaziers et pétroliers de leur portefeuille. Pour l’heure l’argent de nos retraites est directement utilisé pour étendre la mine la plus polluante de toute l’Europe, à Hambach, en Allemagne. Depuis plusieurs années, elle était occupée par des militant·e·s qui souhaitaient protéger ces quelques hectares de forêt primaire et appelaient l’Allemagne à parachever sa transition énergétique en sortant enfin du charbon.

La France, par sa politique d’investissement incompatible avec les engagements pris lors de la COP21, a choisi son camp : soutenir RWE (propriétaire de cette mine et d’une quinzaine de centrales à charbon) plutôt que la transition énergétique. Il est encore temps de changer d’approche ! Ensemble, écrivons au président de la République, au Ministre de l’économie et des finances, au Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations, à la Présidente de sa commission de surveillance et à l’ensemble des élu·e·s qui siègent à cette commission de surveillance, pour leur demander de désinvestir des combustibles fossiles. À l’instar du Parlement irlandais, des villes de New York et de Londres, la France doit cesser de financer les combustibles fossiles et désinvestir tous les actifs qu’elle détient dans le secteur.

* (E) PÉTITION : Unilever, nettoyez votre pollution au mercure !

88.692 signatures sur 100.000 , Lien pour signer
À Paul Polman, PDG d’Unilever

Merci de procéder à une dépollution de Kodaikanal réelle et efficace ! Nous, Européens, nous opposons aux multinationales qui empoisonnent les populations et polluent l’environnement, en Europe ou ailleurs. Engagez-vous à nettoyer Kodaikanal immédiatement.

Pourquoi est-ce important ? Imaginez qu’une multinationale européenne empoisonne un site écosensible avec du mercure. Malheureusement, ce n’est pas un scénario inventé : c’est arrivé. En 2001, Unilever a déversé du mercure toxique dans une ville de montagne au sud de l’Inde, Kodaikanal, empoisonnant les ouvriers et polluant la forêt [1]. Jusqu’à ce jour, le site de l’usine polluée par le mercure continue de répandre de la neurotoxine mortelle aux alentours et dans la forêt, alors que l’usine est fermée depuis dix-sept ans. Les activistes locaux et les associations ont appelé Unilever à prendre des mesures [2], mais leurs appels sont restés sans réponse. Si Unilever déversait, quelque part en Europe, une neurotoxine mortelle qui rendrait les gens malades et détruirait l’environnement, les autorités exigeraient d’Unilever qu’elle nettoie et dépollue le site. Mais comme les dégâts ont lieu loin de l’Europe, dans un pays en développement, Unilever refuse de dépolluer selon les normes européennes.

A la fin de l’année dernière, pour tenter d’apaiser les populations locales, Unilever a utilisé un procédé de nettoyage inefficace qui n’a fait qu’augmenter la propagation du mercure [3]. Personne n’aurait laissé cela arriver en Europe ! Unilever est une entreprise européenne : en tant qu’européens nous devons dénoncer cet empoisonnement et exiger que l’entreprise prenne ses responsabilités. La pression locale et internationale est montée depuis un an. Si l’entreprise voit notre mobilisation en Europe, chez elle, elle devra vraiment agir pour ne pas perdre la face. Grâce à notre soutien, Kodaikanal pourrait redevenir un lieu sain et habitable. Les activistes indiens ont déjà réussi l’impensable : après 15 ans de campagne acharnée, ils ont obligé Unilever à accepter de dédommager les ouvriers qui ont été empoisonnés au mercure [4]. Mais la forêt de Kodaikanal souffre encore. Paul Polman, le PDG d’Unilever, s’est engagé à dépolluer le site de l’usine [5]. Des paroles en l’air.

Références :
[1] https://indianexpress.com/article/cities/mumbai/mercury-pollution-former-workers-from-tn-unit-protest-outside-hul-head-office/ [en anglais]
https://www.thehindu.com/news/national/tamil-nadu/study-indicates-high-level-of-mercury-in-fish-at-kodai-lake/article20406597.ece [en anglais]
https://www.thehindu.com/news/national/tamil-nadu/two-important-bird-areas-in-tn-face-threat-says-survey/article22987324.ece [en anglais]
[2] https://act.jhatkaa.org/campaigns/Unilever-racism [en anglais]
[3] http://www.newindianexpress.com/states/tamil-nadu/2018/jan/17/unending-fallout-of-defunct-thermometer-factory-at-kodaikanal-in-tamil-nadu-1755564.html [en anglais]
https://www.business-standard.com/article/companies/hindustan-unilever-limited-begins-soil-remediation-at-kodaikanal-117082000007_1.html [en anglais]
[4] https://www.24heures.ch/economie/unilever-trouve-accord-intoxication-mercure/story/15902324#overlay
https://www.theguardian.com/environment/2016/mar/09/unilever-settles-dispute-over-mercury-poisoning-in-india [en anglais]
[5] https://twitter.com/PaulPolman/status/629373407910567936?s=17%20 [en anglais]

* (C) PÉTITION : NON aux fermetures des gares Tende Sospel La Trinité Garavan Carnoles Villefranche/mer

3.453 signatures sur 5.000 Lien pour signer

La fermeture des gares est purement inacceptable ! En effet, depuis des années, nous espérons une amplitude plus importante et voilà qu’on ferme l’accueil des clients, l’information et la vente sans aucun respect pour les usagers et les salariés en responsabilité dans ces gares. Comment envisager par exemple en gare de Tende des voyageurs sans information par tous les temps ? Gare de Sospel des salariés sans information le matin ? Des touristes perdus , des voyageurs sans billets , des correspondances annulées et personne pour prendre en charge les usagers ? De plus, concernant la ligne NICE-CUNEO-VENTIMIGLIA, la SNCF l’a crée, à force de ralentissements et de travaux, en catégorie "très petite ligne" mais il ne tiendrait qu’à elle même que cette catégorie évolue ! Laissez les trains rouler à plus de 40km/h comme il est possible, laissez les trains de ciments passer la nuit, et la ligne redeviendra ce qu’elle a toujours été, une ligne internationale dont la région devrait s’enorgueillir. A l’heure où nos classes ferment les unes après les autres nous n’accepterons pas que ces parents, que sont les agents SNCF , que ces salariés qui ont acheté et construit leurs vies ici partent sans la moindre considération , nous avons à cœur qu’autour de notre ligne de vie la vie s’épanouisse. En espérant votre soutien total, veuillez agréer Mesdames et Messieurs l’expression de notre respect.

* (C) PÉTITION : "Nous, citoyens, exigeons la Démocratie"

1.140 signatures sur 1000 par pouruneconstituante@yahoo.fr Lien pour signer

Vous en avez assez des élections qui ne servent à rien. Vous êtes excédé par le mépris que manifestent les dirigeants devant votre volonté. Vous êtes attachés à la démocratie. Alors, signez et faites signer la pétition ci-dessous.

La 5ème République, instaurée en octobre 1958, fête ses 60 ans dans une atmosphère pathétique de crise de régime, voire de fin de règne. Sur le plan national, la « république exemplaire » d’Emmanuel Macron se transforme en farce. Sur le plan européen, le discours « toujours plus d’Europe » ne fait même plus sourire. Le pays s’effondre. Les solidarités éclatent et les inégalités explosent. Les collectivités et assemblées locales élues sont dépouillées de leurs moyens et de leurs compétences générales. Les scandales, découverts le matin et étouffés le soir, se succèdent sans conséquences. Les individus ne sont plus que des instruments au service d’intérêts qui les dépassent. Les citoyens, soumis à un pouvoir présidentiel sans contrôle et à une Union européenne hors-sol, croient de moins en moins à la démocratie. La route est libre pour tous les extrémismes et pour le développement des violences.

Sur le plan international et sous des formes diverses, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Angleterre réaffirment leurs intérêts nationaux respectifs. La France ne peut, sans danger, continuer à être seule à abandonner toute souveraineté et toute démocratie.Face à ce désastre et à tant de souffrances, il n’est tout simplement plus possible de poursuivre cette politique sans demander au peuple son avis et son consentement sur les règles qui le gouvernent tant au niveau national qu’européen.

Si de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un changement profond tant national qu’européen de la vie publique, il importe de clarifier les propositions dans un souci d’efficacité et de reconstruction de la légitimité démocratique.Il ne s’agit pas simplement de demander une 6ème République sans savoir qui aura le pouvoir de la définir.Il ne s’agit pas d’élire telle « nouvelle » assemblée nationale, tel homme providentiel ou tel Parlement européen, qui se serviront de leur mandat pour détourner une fois de plus la souveraineté populaire, seule habilitée à faire vivre ce bien public que sont les institutions. Il s’agit de réaffirmer le principe suivant lequel « la souveraineté nationale appartient au peuple ». C’est pourquoi les signataires, conscients de leur dignité de citoyens et souhaitant exercer leurs droits naturels appellent à l’élection en France, dans les plus brefs délais, d’une Assemblée constituante souveraine.

Premiers signataires : Isabelle Barbéris, André Bellon, Christian Berthier, Jean-Pierre Fourré, Pascal Geiger, Florence Gauthier, Loïck Gourdon, Guy Léger, Albert-Jean Morazzani, Anne-Cécile Robert, Etienne Tarride

pouruneconstituante@yahoo.fr pouruneconstituante est une association loi 1901 indépendante de tout parti politique.

* (C) PÉTITION NATIONALE POUR METTRE LE COMPTEUR #LINKY HORS D’ÉTAT DE NUIRE.

116.169 signatures,Par stoplinkyblc Lien pour signer
Pétition adressée à M. Emmanuel MACRON

Monsieur le Président, le déploiement des compteurs/capteurs connectés LINKY constitue une atteinte aux droits de l’homme et les prochaines actions en justice collectives pourraient permettre de confirmer plusieurs infractions au droit pénal, code de la consommation, droit communautaire, code des assurances.

Cet appareil ne peut pas être considéré comme un simple compteur. Il a une fonction indissociable et non désactivable de capteur de données personnelles qui en fait de facto un appareil de surveillance au regard de la loi. Par ailleurs, le Linky nous est imposé et constitue de fait une vente forcée. Pour justifier le concept, les pouvoirs publics nous disent ceci : « les données sont récupérées mais elles ne sont utilisées qu’avec l’accord du client. » Par défaut, c’est le contraire qui doit prévaloir : aucun capteur ne doit permettre de récupérer des données y compris par les lignes électriques privées, sauf dans le cadre d’un nouveau contrat de vente signé par le consommateur avant la pose du compteur, lequel doit en outre bénéficier d’un délai de rétractation en vigueur lors de toute vente à domicile, ce qui n’est pas le cas. De plus, il provoque une pollution électromagnétique du fait des communications CPL incessantes dans toutes les lignes électriques de notre habitat qui ne sont pas prévues dans nos contrats d’électricité.

En France, nous aurions pu décider comme huit pays Européens de ne pas généraliser ce dispositif. Pour répondre aux recommandations de l’Europe, nous aurions pu choisir de coupler la génération de compteurs précédant le Linky à l’ADSL. Les pouvoirs publics et ENEDIS ont préféré un système permettant l’intrusion et la récupération de données au profit du Big data et en négligeant la santé. De plus on a transformé une recommandation en obligation, mais seulement pour ENEDIS. Les usagers eux ne sont pas légalement obligés d’accepter : nous pouvons donc refuser sans craindre de sanction d’aucune sorte malgré la désinformation, voir le harcèlement téléphonique pour ceux qui refusent, tout ceci orchestré de façon inadmissible et jusqu’au ministre de l’Ecologie (qui a changé d’avis depuis qu’il est au gouvernement), qui menace par écrit d’une éventuelle fin de la gratuité de la relève des compteurs pour les usagers récalcitrants ! Tous ces éléments constituent une pose forcée (parfois de manière agressive) de ce capteur connecté qu’il est impossible à l’usager de désactiver, et font la démonstration du mépris que portent les pouvoirs publics vis-à-vis de la population. De plus, des préfets et ENEDIS saisissent le tribunal administratif pour faire annuler les délibérations municipales de refus des plus de 500 maires courageux et responsables.

Les risques pour la santé sont sérieux  : les experts indépendants sont considérés comme des empêcheurs et on préfère conserver des normes excessives qui permettent d’ajouter légalement de nouvelles émissions d’ondes électromagnétiques avec le Linky, les autres compteurs communicants et la 5G au lieu de les réduire ! (L’Allemagne a un seuil de 0.1µt, la France : 6.25µt !). Il suffit de constater sur quelle base a été reconduit le glyphosate en Europe pour soupçonner leur légitimité. Du coup, on nous dit qu’il n’y a pas de nocivité : à l’époque l’amiante n’était pas reconnue comme nocive ! Les pouvoirs publics disent que le Linky n’émet pas plus qu’un téléviseur (en réduisant la comparaison au seul boîtier Linky). C’est omettre de dire que la principale problématique vient de la diffusion incessante de données CPL dans toutes les lignes électriques des habitats. Résultat : comme elles ne sont pas blindées, elles se transforment toutes en antennes émettrices d’ondes électromagnétiques 24h/24 et 7j/7. Le CSTB et l’ANFR le démontrent par des mesures prises chez plusieurs habitants en condition réelle de fonctionnement. Ces nouvelles émissions s’ajoutent aux autres (2G, 3G, 4G, Wifi), dont le cumul est nocif pour la santé humaine, et pourrait créer des changements irréversibles dans l’organisme humain (DC Paul Héroux, rapport Bioinitiative…).

Le coût du déploiement se chiffre à presque 6 milliards d’euros sans compter le bilan financier et écologique de la mise au rebut des 35 millions de compteurs en parfait état de marche et qui ont une durée de vie 5 fois supérieure au Linky. Il faut compter aussi la consommation électrique des Linky, des concentrateurs et des Data center dédiés. Les bénéfices pour les usagers seront négligeables, au contraire, dans bien des cas, ils doivent prendre un abonnement plus élevé. Le rapport de la cour des comptes 2018 confirme que les consommateurs n’y trouveront aucun bénéfice réel et que la gratuité annoncée du remplacement du compteur n’est qu’un trompe l’œil !

Les risques de piratages individuels peuvent faciliter des cambriolages et les risques collectifs peuvent se traduire par des coupures d’électricité de plus ou moins grande ampleur. Des hackers en ont démontré la faisabilité avec des compteurs connectés dans d’autres pays. Les compteurs qu’ENEDIS veut remplacer ne sont pas piratables !Les journaux régionaux font état d’incendies et aucune information officielle sur internet n’est disponible à ce sujet.

Les citoyens sont obligés de faire eux-mêmes le travail d’information en créant des collectifs, blogs et pages Facebook, et en tenant des réunions publiques alors que les médias nationaux sont aux abonnés absents dans le travail d’investigation qui est le leur.

Tous ces éléments nous conduisent à vous demander de faire cesser immédiatement les déploiements du Linky et des autres compteurs communicants. Les communications CPL intrusives des Linky et des concentrateurs déjà posés doivent être désactivées et l’usage du CPL abandonné. Dans un deuxième temps, les usagers devront pouvoir demander un remplacement du Linky sans aucuns frais. Les compteurs communicants installés dans les lieux fréquentés par les enfants (crèches, écoles, lycées…) devront être remplacés systématiquement et le Wifi sur Off.

Tous les éléments évoqués ici sont visibles en détail sur le blog : https://stoplinkyblc.blogspot.fr/ et sur les blogs et pages Facebook des 300 collectifs de France.

Veuillez croire M. le Président, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs, et soyez sûr de notre attachement à la préservation de notre santé et de nos libertés.

Le collectif Stoplinkyblc.

* (C) Signez la pétition pour soutenir les familles du #PeoplesClimateCase !

138.643 sur 175.000 signatures Posté le 1 août 2018 Lien pour signer

Le Recours Climat Citoyen ou People’s Climate Case est une action en justice initiée par 10 familles du Portugal, d’Allemagne, de France, d’Italie, de Roumanie, du Kenya, des Fidji, et de Suède. Leurs maisons, leurs modes de vie, leurs métiers traditionnels et leur culture sont impactés et mis en danger par le dérèglement climatique : ils s’adressent aujourd’hui à l’Union Européenne pour qu’elle protège leurs droits fondamentaux et prévienne des effets plus graves du changement climatique. Voir la vidéo

* (C) PETITION : DES CENTRES D’ACCUEIL POUR METTRE LES FEMMES SDF EN SÉCURITÉ

295.664 sur 300.000 signatures Lien pour signer

Le quotidien d’une femme SDF consiste à fuir les multiples agressions dont elle est victime. Ceci n’est pas une vie.
Chaque nuit elle risque de nouvelles agressions physiques et sexuelles.Une image me hante : celle de cette femme recroquevillée au dernier étage d’un parking tremblant de peur à l’idée d’être à nouveau agressée. Malheureusement nous ne la voyons pas car elle se cache pour tenter de se protéger. Pourtant les femmes SDF représentent 38 % des personnes sans domicile d’après l’Insee.

Noa (son nom a été changé) m’a confié que lorsqu’elle était SDF, elle avait été violée 70 fois en 17 ans. Sa vie était un enfer de violence.Les maraudes que je fais dans Paris m’ont permis de découvrir l’horreur de cette réalité. Un homme SDF m’a même interpellé une nuit sur leur vulnérabilité « nous on peut encaisser » il m’a dit.
La rue les prive de dignité, nous devons la leur rendre !

Monsieur le Président, vous avez fait de la cause des femmes une priorité de votre quinquennat. Les femmes SDF sont doublement vulnérables pour être femme et SDF. Nous vous demandons de mettre en place dès 2018 des centres d’accueil dédiés pour leur offrir sécurité, dignité et leur apporter l’accompagnement spécifique nécessaire pour affronter leur trauma. Parce qu’elles ne peuvent plus attendre car leur vie est en jeu, j’ai décidé de lancer une collecte GoFundMe pour rénover un hébergement d’urgence pour loger 8 femmes SDF.Maintenant, ensemble, nous pouvons les secourir en attendant que les autorités prennent la relève et leur apportent une solution permanente.

Merci à toutes et tous de participer en signant cette pétition, en donnant pour la collecte ou en diffusant à vos familles, à vos amis, à vos proches pour partager ce grand élan de solidarité. Sarah de Réchauffons nos SDF

* (E) Pétition : Stop au commerce d’amphibiens !

114.989 signatures sur 150.000 Lien pour signer

Alerte au champignon tueur : partout sur la planète, d’innombrables amphibiens disparaissent, contaminés par un champignon mortel qui infecte leur peau. Le commerce international de grenouilles et autres amphibiens exacerbe la propagation de l’agent pathogène. Demandons la fin de ce commerce afin d’endiguer cette crise mondiale. La crise qui touche les amphibiens est dramatique : au moins 120 des 7.800 espèces connues ont déjà été décimées par le champignon. L’agent pathogène est considéré comme une menace pour la survie des amphibiens.

Le champignon aquatique Batrachochytrium dendrobatidis (Bd) contamine la peau des amphibiens, altère la respiration cutanée et perturbe les processus métaboliques. Très contagieux et souvent mortel, il décime rapidement des populations entières de grenouilles, de crapauds et de salamandres. Bd est « le pire ennemi des amphibiens », explique le biologiste Dirk Schmeller du Centre Helmholtz de recherche environnementale UFZ à Leipzig, qui a participé à une étude internationale sur le champignon. L’agent pathogène du champignon Bd est originaire de Corée et s’est répandu dans le monde entier. Il touche l’Europe depuis les années 90. Cette propagation a été rendue possible par le commerce international d’amphibiens vendus à des fins de recherche, comme animaux domestiques ou aliments. Le commerce de cuisses de grenouille représente des dizaines de millions de dollars et joue un rôle important à cet égard. Les chercheurs redoutent que de nouvelles lignées de Bd soient propagées par le commerce, car elles pourraient s’adapter aux résistances développées par certaines espèces d’amphibiens.

En Europe, les biologistes sont inquiets pour la salamandre tachetée qui est attaquée par le champignon Batrachochytrium salamandrivorans. L’agent pathogène a déjà conduit à une mortalité massive aux Pays-Bas et se propage rapidement en Belgique et en Allemagne. Les chercheurs redoutent que le champignon traverse l’Atlantique. Il n’a encore jamais été observé en Amérique du Nord, où il pourrait menacer des centaines d’espèces. Pour endiguer l’épidémie, nous demandons l’arrêt du commerce d’amphibiens.

Lettre de la pétition : Au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Copie à la CITES, l’IUCN, l’OMC et l’Organisation mondiale des douanes

Monsieur le Directeur exécutif Solheim, Madame, Monsieur, des scientifiques constatent une mortalité inquiétante des amphibiens dans le monde. Ce phénomène est dû au Batrachochytrium dendrobatidis, un champignon très contagieux et souvent mortel. Selon les études actuelles, le champignon originaire de la Péninsule coréenne s’est propagé jusqu’en Amérique du Sud et en Europe. Cela a été rendu possible par le commerce international d’amphibiens. Les scientifiques préconisent donc la fin de ce commerce. Nous nous joignons à cette demande fondée sur des données scientifiques. Merci de mettre fin au commerce d’amphibiens ! Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur exécutif Solheim, Madame, Monsieur, l’expression de nos respectueuses salutations.

* (C) Pétition : Libérez le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov

18.271 signatures A débuté le 23 août 2018 Lien pour signer

Le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim le 14 mai 2018, appelant à la libération de « tous les prisonniers politiques ukrainiens » actuellement détenus par la Fédération de Russie. Oleg Sentsov purge une peine de 20 ans de réclusion après avoir été condamné à l%

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.