AID Association Initiatives Dionysiennes

Ouv zot zié !

Accueil > Chroniques de la Macronésie > CM96 - Débat des Outre-Mer : Emmanuel Macron confisque les micros et le (...)

96 ème chronique de la Macronésie

CM96 - Débat des Outre-Mer : Emmanuel Macron confisque les micros et le débat sur la chlordécone

par Bruno BOURGEON, porte-parole d’AID

mercredi 6 février 2019, par JMT

Oh ! Micron confisque les macros ! heu Macron confisque les micros ! Pas très glamour sa surprise-partie élyséenne, si vous pensiez au bal-doudou ou bal -la- poussière, encore un coup karaté ! Serais-tu pingre Manu quand tu reçois ? Incapable de rendre l’hospitalité dont tu as bénéficié quand tu es allé baguenauder sous nos (de plus en plus tristes) tropiques car pour Saint-Pierre-et-Miquelon et les TAAF on t’y attend toujours !

Sarko branlait du chef (des tas !) devant son micro sinon il avait la banane et a commencé à devenir vulgaire et à provoquer les manants . Manu t’as la crise de régime (de bananes), t’en as d’ailleurs jusque là des bananes, des outre mer et de ces élus qui te les brisent menu, Manu, avec leurs questions à la ...chlore d’Ecône ?

Chlore ? ça te fait partir en javelle et ça gaze pas autant que tu voudrais ? quoiqu’avec tes lacrymos....

Ecône ? Qu’est que la Fraternité Saint Pie X vient faire là dedans ? la fraternité et toi d’ailleurs ça fait deux...encore un complot, j’vous dis ! va falloir défaker ! fakes ! fakes ! fakes ! c’est la meeeerde !

Ecône ? Age rit ? (non ça c’est pas Marguerite qui rit de se voir si bêêêêlle en ce miroir, c’est Brigitte qui rit de se voir Cybèle en ce miroir., va falloir lui payer d’autres lunettes)

Les cônes ? ah les jolis petits trucs qu’on met sur les routes à chaque accident ? dommage alors qu’il y en ait moins.... des accidents , donc des cônes, alors tu vas permettre qu’on roule à nouveau à 90km/h ,ça va faire chier Philippe, il n’ose pas râler car il ne veut pas se faire virer

Bon tu ne ris pas, surtout pas de l’humour à tes dépens, et t’aimes pas qu’on te contredise surtout quand tu mens effrontément ,(tu te fais prendre de plus en plus souvent à mentir et des mensonges de plus en plus gros) et que tu prends ton ton de petit instit remplaçant, prétendant foudroyer de son autorité le gamin qui ose parler de ce qu’il sait et que toi tu ignores.

Non pas qu’on te reproche d’ignorer ce que tu n’es pas censé savoir vu que t’as 5 millions de larbins sous-payés pour savoir et faire à ta place, pour que t’aies le temps de jouer au Chef (des tas, comme Loulou 14) , keskifoutent avec ces dossiers merdiques.....

Mais ça passe de moins en moins ton petit air perpétuellement supérieurement ennuyé et tout aussi méprisant, y compris pour ces zélus qui maintenant se mettent à parler d’histoires de populace que tu sais si bien traiter à coup de matraques, de flash-balls et autres LBD (pourquoi diable es-tu donc fâché avec Vladimir Vladimirovich qui pourrait te fournir de superbes knouts à prix cassé, comme ses moujiks ? ?)

Débat des Outre-Mer : Emmanuel Macron confisque les micros et le débat sur la chlordécone

France Ô retransmettait vendredi 1er février le grand débat du président avec des élus d’Outre-Mer. Sa position sur la chlordécone ne s’est pas plus renouvelée que celle sur l’ISF. « Il ne faut pas dire que c’est cancérigène. » Emmanuel Macron parle de la chlordécone. « Sinon, on alimente les peurs. » 

En attendant, le président alimente l’indignation des élus ultramarins, réunis à l’Elysée. Joël Beaugeande, maire de Capesterre-Belle-Eau, en Guadeloupe : « Le petit médecin de campagne que je suis vous affirme que de nombreux Guadeloupéens et Martiniquais sont malades de la chlordécone et meurent quotidiennement. »

La chlordécone, c’est cet insecticide organochloré proche du DDT dont la France a autorisé l’épandage dans les bananeraies jusqu’en 1993 alors que la plupart des pays l’avaient depuis longtemps banni, sa dangerosité ayant été prouvée dès les années 1970. Victorin Lurel prend la parole : « Vous invalidez les résultats du professeur Blanchet, du CHU de Pointe-à-Pitre, et de Luc Multigner, de l’Inserm. » « 

Mais Blanchet disait clairement que c’était cancérigène ? », demande Emmanuel Macron. Le sénateur confirme, il en a lui-même discuté avec l’intéressé, l’a écouté dans un colloque. « C’est l’étude Blanchet de quelle année ? », insiste le président.

Comme Victorin Lurel ne sait pas le préciser, Emmanuel Macron déduit : « Le malentendu vient de là. Vous faites référence à ce que le professeur du CHU a pu dire. Ce n’est pas ce que j’appelle une étude scientifique dans une revue avec comité de lecture. C’est une déclaration. » 

Ça ne vaut rien. Et puis c’est qui, ce Blanchet ? « C’est une déclaration publique qui peut inquiéter, insiste le président, moi je n’en connais pas le statut. » De quel droit le chef du service oncologie du CHU d’un territoire dont la population compte sept fois plus d’occurrences de cancers de la prostate que la moyenne mondiale pourrait-il donner son avis sur la chlordécone ?

« Je me suis prononcé sur ce que l’OMS et l’Inserm nous ont donné, précise Emmanuel Macron. L’OMS et l’Inserm indiquent qu’il n’y a pas de lien direct établi. » Le chlordécone est cancérogène, « on peut le dire de manière très officielle », l’OMS notamment l’a fait dès 1979, réplique Luc Multigner dans Le JT de Martinique 1ère et dans un communiqué cosigné avec le professeur Blanchet.

Car les déclarations du président ont provoqué un tollé aux Antilles, et Luc Multigner a déploré des « propos dédaigneux » dont le président a gratifié son confère du CHU de Pointe-à-Pitre. « N’étant pas scientifique, poursuit Emmanuel Macron, je n’ai pas à conforter ou à invalider monsieur Blanchet dont je ne connais pas le statut. ». « Il a publié », assure Victorin Lurel. « Mais il a publié où ? », questionne Emmanuel Macron, intraitable sur la vérification des sources.

« L’OMS a tranché, rappelle le sénateur, des études épidémiologiques ont été faites et aujourd’hui j’entends qu’il n’y a pas de lien de causalité, permettez-moi de m’interroger. » « Si vous êtes persuadé de ça… Ce n’est pas comme si vous n’aviez pas été ministre de l’Outre-Mer ! », réplique Emmanuel Macron à court d’arguments, et qui préfère s’attaquer à la personne, l’accusant d’avoir « considéré pendant des décennies comme responsable local puis comme ministre que ce n’était pas un sujet et que ça en devient un depuis mai 2017 ». 

En fait, cette histoire de chlordécone, c’est un complot pour déstabiliser notre président. « Mais ce qui est établi scientifiquement, c’est que personne n’a établi de lien direct, répète le chef de l’Etat. Donc je ne veux pas créer d’angoisse. » Pas plus que par le passé les communicants des cigarettiers ou des industriels de l’amiante, dont Emmanuel Macron reprend l’éprouvée technique de fabrique du doute.

Le one-man-show d’Emmanuel Macron s’éternise. « J’ai terminé, dit un élu se tournant vers un de ses collègues. Je te passe le micro. » « Non, s’il vous plaît, on ne va pas passer le micro, s’interpose Emmanuel Macron. Est-ce qu’il y a des questions qui n’ont pas été posées ? J’en prends deux… »

Les élus protestent. « Non, les enfants ! » Ecoutez Papounet. « Non, vous avez déjà parlé, monsieur le maire. Non-non, ça ne marche pas comme ça ! Non, monsieur le maire, c’est moi qui donne le micro. » 

Le président lui prend le micro des mains. Comme ça, c’est réglé. « Ce n’est pas une communauté autogérée. » On est à l’Elysée. « Je vous demande de vous asseoir. Voilà, donc, vous vous asseyez. » Non mais. « Là, on a fait cinq fois la même question à chaque fois. Je vais être sincère, ce n’est pas pour mollir le papier. » Ni pour dire que c’est de la pipe. 

« Donc je prends deux questions. Non-non-non, c’est moi qui prend les micros. » Et Emmanuel Macron de confisquer un troisième micro. « La Réunion, Mayotte, y a eu beaucoup de questions, Martinique, on en a eu beaucoup, là. » 

Qu’est-ce qu’il reste ? Les Kerguelen, la Terre Adélie ? « Non, Réunion, y en a déjà eu beaucoup. » Ils sont pénibles, ces Réunionnais. « J’en prends une là et une là, et c’est une minute. » L’élu insiste, Emmanuel Macron se fâche : « Mais y en a eu plein, La Réunion, arrête ! »

La dernière question est enfin posée, le président va pouvoir clore le débat. Ce qu’il fait par un monologue…D’une minute ? Non, de soixante-dix. Un débat ? Non. Une mascarade.

Bruno Bourgeon, repris de France Ô et Télérama, publié le 04/02/2019.

Version imprimable :

PUBLICATION DANS LES MEDIAS LOCAUX

* Courrier des lecteurs de Zinfos974 du Mercredi 6 Février 2019 - 11:09

* Courrier des lecteurs de Clicanoo.re du

* Courrier des lecteurs d’Imaz-Press Réunion publié le

* Courrier des lecteurs dans Le Quotidien de la Réunion du 08 Février 2019

LIENS

*Pourquoi la Martinique détient le record du monde des cas de cancer de la prostate par habitant ?

* Le chlordécone, ex-insecticide des bananeraies, serait bien cancérigène

* Étude de la répartition spatialedes cancers possiblement liés à la pollution des solspar les pesticides organochlorés,en Martinique

* [Chlordecone Exposure and Risk of Prostate Cancer- Guadeloupe > http://ascopubs.org/doi/pdf/10.1200/jco.2009.27.2153#page=1&view=FitH http://gco.iarc.fr/today/data/factsheets/populations/312-france-guadeloupe-fact-sheets.pdf]
Luc Multigner, Jean Rodrigue Ndong, Arnaud Giusti, Marc Romana, Helene Delacroix-Maillard,Sylvaine Cordier, Bernard Jegou, Jean Pierre Thome, and Pascal Blanchet

* Données sur les nouveaux cancers 2018 à la Martinique

* Exposition de la population antillaise au chlordécone. Numéro thématique. Chlordécone aux Antilles : bilan actualisé des risques sanitaires / Guldner L in Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire [Bull Epidemiol Hebd], N° 3-4-5 (08/02/2011) 10606_PS
incluant la version imprimable

* Chlordecone exposure and risk of prostate cancer.
Multigner L1, Ndong JR, Giusti A, Romana M, Delacroix-Maillard H, Cordier S, Jégou B, Thome JP, Blanchet P.

* Exposition au chlordécone et risque de survenue du cancer de la prostate contredisant Macron.

*Pourquoi Emmanuel Macron ment-il sur le chlordécone ? 02-02-19 Fabrice Nicolino
Le journaliste environnemental à Charlie-Hebdo, sur le site des Coquelicots, explique pourquoi ce mensonge d’Emmanuel Macron